Contrôler les dates d’accouplement pour maintenir des périodes annuelles de vêlage

bulling_cow_mountingLes producteurs de viande bovine qui souhaitent atteindre des performances animales très élevées devraient viser pour 95% des vaches vêlées dans une période de 9 semaines. Cette note technique vise à explorer la durée d’accouplement afin de réduire et maîtriser la durée du vêlage et donc de permettre de gérer la ressource alimentaire. Cette note technique n’a d’intérêt que pour les exploitations ayant déjà ciblé la période de vêlage, qui a l’herbe dépend de l’allocation de la ressource en qualité et quantité (principalement l’énergie).

La distribution idéale des vêlages devrait être la suivante :

– 65 à 70 % des vêlages dans les 3 premières semaines

– 20 % des vêlages dans les 3 semaines suivantes

– 10% des vêlages pendant le dernier tiers.

Ce niveau d’efficacité permet de gérer des lots d’animaux avec des besoins alimentaires similaires, de faciliter la gestion quotidienne, et de procéder à un sevrage groupé.  Pour obtenir une distribution de cette manière les lignes directrices pour la durée d’accouplement sont :

– maximum 60 jours de présence pour les taureaux

– minimum 45 jours de présence pour les taureaux

Cette durée d’accouplement permet à toutes les femelles de terminer deux cycles de chaleurs pendant la période d’accouplement. Ces limites peuvent également être uniquement appliquées aux génisses.

Si la période d’accouplement est plus longue, les résultats techniques et donc financiers seront directement réduits par :

Pour lire la suite de cette publication technique il faut vous connectez ou créer un compte

A propos de Shane Bailey

Je suis né sur une exploitation ovine en condition sèche dans le Sud-Est de la France. J’ai grandi dans l’élevage entre la France et la Nouvelle-Zélande, toujours en 100% pâturage sans mécanisation, aliment ou bâtiment. Mon parcours professionnel en agriculture est une conjugaison d'expériences pratiques, techniques sur le terrain mais aussi scientifiques grâce à un réseau collaboratif pluridisciplinaire international. PâtureSens mobilise ses ressources financières pour permettre à ces membres de s'enrichir avec les plus grands experts mondiaux en matière de production animale. Nous nous différencions des organismes "conventionnels" du fait que nous sommes avant tout des praticiens de l'élevage, notre vocation est de servir les intérêts économiques des agriculteurs qui nous font confiance. Je suis aujourd'hui consultant pour la société PâtureSens, est souhaite pouvoir partager et diffuser nos connaissances afin d'aider les agriculteurs à s'approprier le pâturage. Ce blog est pour moi un lieu d’information, de partage et de réflexion sur la gestion des pâturages.

Voir également la publication

Témoignage de la famille Le Berrigaud : « nous avons révisé notre système herbager »

A Gourin (56), Le Gaec « l’epillet dans l’herbe » tire son épingle du jeu. Producteur de …

Laisser un commentaire