Déjections liquides, que faire ?

Bien nourrir les ruminants au pâturage !

Bouses liquides que faire ?

pâturage tournant dynamique 1Nous voici déjà au printemps, en ce moment pour les adeptes de l’observation des bouses, vous pouvez vous poser la question sur l’apport ou non de fibre. Cet article est donc pour vous…
Il n’y a aucun avantage à apporter de la fibre supplémentaire (à savoir paille ou foin) pour les vaches aux pâturages dont le régime alimentaire atteint 60 % à l’herbe.

Apporter de la fibre :
– fera baisser la valeur alimentaire globale de l’alimentation, vous remplacez de l’herbe à haute valeur par du foin; Entre autre vous réduisez l’énergie disponible;
– ne changera pas le pH du rumen;
– n’aidera pas à prévenir la fourbure ou la boiterie;
– N’augmentera pas la quantité de lait produit.
pâturage tournant dynamiqueIl y a suffisamment de fibre dans les pâturages au printemps pour que le rumen fonctionne correctement, le mythe de « l’herbe trop tendre » n’est pas justifié est provient d’une comparaison avec des systèmes d’alimentation à base de ration sèche ou mélangée. Le pourcentage de matière sèche au pâturage est plus faible au printemps, il y a donc plus d’eau qui transit à travers le rumen. Cette eau n’est pas absorbé dans les autres estomacs (omasum et caillette), ceci ce traduit donc par des déjections plus liquides.
La recherche est souvent établie à partir de système d’alimentation contenant des rations sèches ou mélangés, en revanche l’environnement au sein du rumen d’un ruminant consommant de l’herbe est très différent d’un ruminant qui ne sort pas dehors (voir le tableau). Le rumen d’une vache qui se nourrit de la pâture ne contient pas plusieurs couches, son rumen est plutôt comme une barrique remplie d’eau mélangé à de l’herbe fraîche, l’ensemble est mélangé naturellement. Dans ce contexte la théorie d’ajouter des fibres dans son alimentation l’aidera à digérer est fausse !

pâturage tournant dynamique

La recherche Australienne à démontré que d’ajouter entre 0 et 2 kg de paille par jour à des vaches qui consommaient principalement de l’herbe pâturée (dominante de trèfle blanc + 4 kg d’orge et de blé) n’a pas amélioré le pH du rumen ou la salivation, en fait cela à réduit la production laitière. La valeur alimentaire de la paille est deux fois moins élevé que la valeur énergétique d’une prairie bien gérée. Il faut aussi davantage de temps pour dégradé la paille dans le rumen ce qui pose la question inverse, n’est ce pas la paille qui réduit la rumination ?

A propos de Shane Bailey

Photo du profil de Shane Bailey
Je suis né sur une exploitation ovine en condition sèche dans le Sud-Est de la France. J’ai grandi dans l’élevage entre la France et la Nouvelle-Zélande, toujours en 100% pâturage sans mécanisation, aliment ou bâtiment. Mon parcours professionnel en agriculture est une conjugaison d'expériences pratiques, techniques sur le terrain mais aussi scientifiques grâce à un réseau collaboratif pluridisciplinaire international. PâtureSens mobilise ses ressources financières pour permettre à ces membres de s'enrichir avec les plus grands experts mondiaux en matière de production animale. Nous nous différencions des organismes "conventionnels" du fait que nous sommes avant tout des praticiens de l'élevage, notre vocation est de servir les intérêts économiques des agriculteurs qui nous font confiance. Je suis aujourd'hui consultant pour la société PâtureSens, est souhaite pouvoir partager et diffuser nos connaissances afin d'aider les agriculteurs à s'approprier le pâturage. Ce blog est pour moi un lieu d’information, de partage et de réflexion sur la gestion des pâturages.

Voir également la publication

Témoignage de la famille Le Berrigaud : « nous avons révisé notre système herbager »

A Gourin (56), Le Gaec « l’epillet dans l’herbe » tire son épingle du jeu. Producteur de …

Laisser un commentaire