Tétanie des herbages

Attention, cette note technique ne serait engager la responsabilité de l’auteur ou du site internet www.je-pature.com. Avant tout traitement ou opérations sanitaires, en cas de problème sanitaire, consultez votre vétérinaire.

Risques et conditions :

  • Prairie composée de graminées généralement de l’automne au printemps avec une faible teneur en Mg (<2 g / kg MS), faible teneur en calcium (<3 g / kg MS), faible en sodium (<1,5 g / kg MS), riche en potassium (> 20g / kg MS) et des concentrations élevées d’azote (> 50 g / kg MS) prédispose au développement de la tétanie d’herbage.
  • Le ratio K + / (Ca ++ Mg ++ +) peut être calculée pour déterminer le risque de la tétanie d’herbage. Si le ratio est supérieur à 2.2, alors le risque de tétanie d’herbage est élevé.
  • Les prairies composées de graminées principalement en fin automne et l’hiver auront de plus faibles concentrations de magnésium et de calcium et un taux de potassium élevés, surtout en surpâturage.
  • Surpâturage, perte de poids induite par le manque d’énergie.
  • Le risque de tétanie d’herbage est augmentée si les vaches pâturent des prairies fertilisés avec du potassium ou si les sols sont naturellement riches en potassium.
  • Lors de sortie de sécheresse les flores ont tendance à être riche en potassium, riche en azote et pauvre en fibres créant un environnement à haut risque. Cela peut être aggravé si les animaux ont des réserves pauvres en calcium.
  • Des prairies fertilisées avec des engrais azotés tels que l’urée.
  • Vaches qui pâturent des prairies avec de faibles concentrations de sodium, en particulier dans les régions à forte pluviométrie.
  • Ruminants qui pâturent des flores qui stockent le sodium au niveau du système racinaire (luzerne par exemple).
  • La période de risque la plus élevé est lors de mises bas, ainsi que les premiers mois de lactation.
Pour lire la suite de cette publication technique il faut vous connectez ou créer un compte

A propos de Shane Bailey

Je suis né sur une exploitation ovine en condition sèche dans le Sud-Est de la France. J’ai grandi dans l’élevage entre la France et la Nouvelle-Zélande, toujours en 100% pâturage sans mécanisation, aliment ou bâtiment. Mon parcours professionnel en agriculture est une conjugaison d'expériences pratiques, techniques sur le terrain mais aussi scientifiques grâce à un réseau collaboratif pluridisciplinaire international. PâtureSens mobilise ses ressources financières pour permettre à ces membres de s'enrichir avec les plus grands experts mondiaux en matière de production animale. Nous nous différencions des organismes "conventionnels" du fait que nous sommes avant tout des praticiens de l'élevage, notre vocation est de servir les intérêts économiques des agriculteurs qui nous font confiance. Je suis aujourd'hui consultant pour la société PâtureSens, est souhaite pouvoir partager et diffuser nos connaissances afin d'aider les agriculteurs à s'approprier le pâturage. Ce blog est pour moi un lieu d’information, de partage et de réflexion sur la gestion des pâturages.

Voir également la publication

Déjections liquides, que faire ?

Bien nourrir les ruminants au pâturage ! Bouses liquides que faire ? Nous voici déjà au printemps, …

Laisser un commentaire